English  
 
           
   

 

 


ÉGLISES

CATHÉDRALE
Depuis la fondation de la ville, on construisit la place principale pour son Eglise. Néanmoins la première construction fut très simple.
En 1616, avec l'élection du Diocèse de Trujillo, l'église se transforma en Cathédrale, en rapport avec la grandeur de la ville. Malheureusement, cet édifice fut détruit par le tremblement de terre du 14 février de 1619. Entre 1647 à 1666 le temple fut reconstruit. Le 23 août  1967, le Pape Paulo Vis, connaissant la dévotion des gens qui arrivaient aux rites religieux , l'éleva à la catégorie de Basilique Mineure,  l ´archevêque de Trujillo était alors Carlos María Jurgen.   
Dans son intérieur ils se méfient des retables les plus antiques de Trujillo, celui de San Pierre et celui de Saint Jean-Baptiste (fins du Siècle XVII), ainsi que le Retable Majeur, (1721, considéré une oeuvre de maître. Il enregistre l'antique coutume chrétienne de séparer le retable du mur, dans le premier corps se trouvent les sculptures de San Pedro et Saint Juan Evangelista et San Valentin, pendant que dans le deuxième corps est  le Pur accompagnée de Sainte Rosa, Modèle de Trujillo.
Il y eu aussi trois tissus historiques, l´un d'eux représente  Saint Toribio de Mogrovejo donnant le sacrement de la Confirmation, 1681, à Sainte Rosa de Lima. L'autre, est le Mystère de la Sainte Eucharistie, d'où la coquille Saint-Jacques à l'archange San Miguel et finalement le tissu de la Transverberation de Sainte Teresa de Jésus.

TEMPLE LA MERCED
Situé dans la cinquième rue du Jr. Pizarro. L'église et couvent  fut dessinée en 1535 par Martin de Troupeau  et le  Frère Pedro d'Ulloa.
L'église actuelle fut construite après le tremblement de terre de 1619. Bien qu'ensuite elle dut être rénovée, suite aux dégats provoqués dans un nouveau tremblement de terre, celui de 1759.
Le plus impressionnant á voir, ce sont les beaux penditifs en reliefs . Dans lesquelles se décrit la vie de San Pedro Nolasco. En  premier, le Christ avec sa croix qui reçoit la vie du saint qui est conduit par les anges, la seconde représente  la vierge de la faveur, Christ et San Pedro Nolasco recevant la bénédiction. Le troisième est une allégorie à la vierge de La faveur que s'élève au ciel, pendant que quelques anges portent ses ornements. Finalement dans le quart, on voit aux mercenaires dans un radeau, san Pedro avec des enfants et esclaves  les chaînes aux pieds.
Pour ce qui fut le couvent,  il est maintenant  transformé en Cour Supérieure de Justice de La Liberté. L'Ordre de La Faveur fut fondé par Pedro Nolasco. La fondation se fit à Barcelone le 10 août 1218, officialisée par le roi de l'Aragon Jaime I, le Conquérant. Initialement les mercenaires s'adonnait à la rédemption de prisonniers qui étaient arrivés entre les mains des musulmans en l'Espagne. 17 Ans après, le 17 janvier de 1235, le pape Gregorio IX approuva et confirma la fondation de l'Ordre des Mercenaires, comme une institution apte pour la sanctification de ses membres et avec un apostolat défini au service du prochain. Avec le développement et diffusion de la nouvelle institution se propage aussi le culte et dévotion à la vierge de La Faveur ou de la Mercedes.
L'habitude mercedario est blanche, comme indiqué sur le Blason de Jaime I, quatre barres en campagne d'or et dessus une croix blanche. 

TEMPLE SAN FRANCISCO
Il se trouve au tournant du Jr. Indépendance et Martingale. Cette église ou ordre Séraphique fut construite par l'ordre des Franciscains. Le christianisme qui appartenait aux Indiens ne se limitait pas uniquement à l'enseignement du catéchisme, puisqu'ils formaient les aborigènes dans la forme européenne de labourer avec le boeuf, dans les rudiments d'arithmétique, dans l'instrumentation musicale avec vents et cordes, et dans la lecture et écriture du Castillain.
La construction s'initia en 1536 par Francisco de la Croix. Pendant l'indépendance le couvent fut ensorcelé au Collège National San Juan. En 1894, quand les franciscains revinrent il était en mauvais été c'est pourquoi ils occupèrent finalement le temple de san Augustin. Donc  passe à l'Ordre Carmélite.
C'est l'unique église qu'il a le retable nord sans colonnes. Additionné d´une originale grille en coin de 3 corps et plante faite en octogone. Depuis l'antique chaire, San Francisco Solano prédit le 12 novembre 1603, le tremblement de terre de 1619. Ce Saint naquit En l'Espagne et fut á Trujillo entre 1602 à 1604, passant ensuite ses dernières années à Lima. Il fut renommé par sa sainteté , et aussi par l ´année de sa mort oú s'initia les procès de canonisation. Il fut béatifié en 1675, par Clément X et sanctifié en 1726 par Benoît XIII.
Les images des évangélistes peintes durant la croisière furent réalisées  par M. Angelo en 1742. Le fond baptismaux de bronze a l'inscription “Francisco Rivas 1670.”  

TEMPLE ET MONASTÈRE EL CARMEN
C'est l'ensemble religieux le plus important et le plus beau du nord. Il appartient à l'ordre des Carmélites déchaussées. Avec celui de Sainte Clara, ils sont les seuls couvents de clôture qui ont survécu avec le temps.
Ce fut le quatrième couvent fondé par l'Ordre Carmélite au  Pérou. Le premier fut celui de Lima (18 décembre 1643), le second celui du Cuzco (22 octobre 1673), troisième fut celle d'Ayacucho (1683), pièce celui d'Arequipa (23 novembre 1710).
Il fut fréquenté le 6 décembre de 1724, par des religieuses qui arrivaient de Quito. Après le tremblement de terre de 1759  il du être reconstruit.
Le temple, par son plan  élevé est nettement baroque. Il comporte un seul vaisseau, depuis la porte pincipale jusqu'à l'abside il mesure 30 mètres de long sur 10.20 mètres de largeur. Le portail principal, conformée parmi les tours, est élégant et est formée par deux corps. Dans les niches du portail  se trouvent les sculptures de la vierge de la Carmen, San José et San Juan de la croix, et comme couronnement  le bouclier carmélite. Sur le portail latéral, brille la sculpture de Sainte Téresa de Jésus.
Le Poulpe, a deux styles, produit de la destruction du tremblement de terre. L'abat-voix est surchargé et la Tribune a traits d'influence française, rococo.
Ajoutée d´ une précieuse pinacothèque qui malheureusement  est fermée au public. Dans le temple est en relief le Retable Majeur, une oeuvre exceptionnelle faite par le noir Fernando Collado (1759).

TEMPLE ET MONASTÈRE DE SANTA CLARA
Il fut fondé par des religieuses espagnoles en 1587, avec l'autorisation de Saint Toribio de Mogrovejo. Il prit le nom de Sainte Clara, patronne des religieuses franciscaines.
L'Église comporte :
L'Autel Majeur, qui a dans sa niche centrale l'image du Christ Crucifié, et dans la niche supérieure la sculpture de sainte Clarté.
Retable de San Antoine de Padoue, aussi de style baroque.
Retable du Sacré Coeur de Jésus, a un seul corps et une seule rue. Tout revêtement en pain d'or.
Poulpe, sur l'abat-voix, se  trouve l'image du Saint de la Bonne Aventure et dans le dos la Mère Immaculée.
Coupole, les penditifs représentent ceux de la Faveur par ses décorations, et décrivent le passage de la vie de Sainte Clarté. Dans la première scène, des soldats entrent à la ville où se trouvaient les Clarisas, les soldats á les voir commencèrent par fuir. À cela il font appelle au miracle pour que la Sainte sauve la ville. La deuxième scène représente  San Francisco d'Assise coupant les cheveux de Sainte Clarté. Une autre scène est celle du miracle du pain.

Voir Photos de Églises

 

 
         

Textes et Design Web par Alfredo Rios Mercedes